Loïc et Virginie : le championnat d’Europe en point de mire

En se montrant à leur avantage depuis plusieurs semaines sur la piste, notamment celle de Granges, Loïc et Virginie attendent, avec une certaine sérénité, la confirmation de leur participation pour le prochain championnat d’Europe qui pour la première fois aura lieu sur la nouvelle piste de Granges.

Loïc était présent au 3 Jours d’Aigle pour participer à des épreuves individuelles et bien évidemment à la Madison. En remportant l’Elimination le premier soir, Loïc s’est mis en évidence auprès des sélectionneurs, et c’est vraisemblablement dans cette même épreuve qu’il s’alignera à Granges lors du prochain CE. Quant à Virginie, elle se disait également satisfaite de sa prestation ici à Aigle et attend également la bonne nouvelle de la part des sélectionneurs, celle qui lui ouvrirait les portes d’une sélection avec l’équipe suisse féminine qui si cela se confirmait, la verrait participer à l’épreuve de l’Omnium.

Virginie, Jonathan et Loïc à leur avantage ce dernier week-end de mars

Après une course disputée avec son équipe (VC St-Julien) à Neuville Les Dames dans le département de l’Ain, course remporté par sa coéquipière Laurie berthon, Virginie Pointet participait à titre individuel à la première épreuve du calendrier suisse ouvert aux féminines, le GP de La Courtine, épreuve traditionnelle de début de la saison route disputée en terre jurassienne. Virginie termine à une très belle 4e place au sein d’un petit groupe arrivé pour la seconde place.

Jonathan Ruga était également présent à La Courtine. Pour Jonathan, l’épreuve jurassienne représentait sa 3e participation aux courses du calendrier national Juniors après le Challenge argovien (13e) et son abandon sur chute à l’Enfer du Chablais. A l’exception de Reto Müller, absent, tous les meilleurs juniors suisses étaient présents, la course se terminera par un sprint massif. Parti pour un podium, Jonathan se fera remonter dans les derniers mètres et termine 7e. Il s’agit là du meilleur résultat sur route pour Jon dans sa nouvelle catégorie chez les Juniors.

Eloigné le week-end passé pour participation à une épreuve avec son équipe en France, Loïc Perizzolo participait, tout comme Virginie, à titre individuel à ce même GP de La Courtine. Contrairement aux autres catégories, l’épreuve ne s’est pas terminée par un sprint massif, les conditions difficiles et la durée de la course ayant fait leur travail de sape. Loïc termine 12e dans un groupe qui arrive pour la 9e place, à près de 4′ du vainqueur.

On notera la victoire chez les Féminines Juniors d’Eléa Schneeberger (SC Lignon).

Au classement général provisoire de Swiss Cycling, Virginie Pointet et Jonathan Ruga pointent actuellement aux 6e et 8e places de leur catégorie respective (Femmes FE et Juniors).

Photo (courtesy of Willy Knobel/willy-sportfotos.ch) : Jonathan Ruga, en tête du peloton des Juniors.

Sarah Connell et Loïc Perizzolo face à l’exercice de VO2 Max

Sarah Connell et Loïc Perizzolo avaient ce matin rendez vous avec la médecine du sport de l’Hôpital de La Tour pour un test effort avec détermination des niveaux de PMA et de VO2 max. Une première pour Sarah qui reconnaissait une certaine appréhension. Pour Loïc, davantage habitué à des efforts de hautes intensités, il s’agissait de se resituer avec des valeurs objectives en ce début de saison.

Après avoir assisté à celui de Jonathan Ruga voilà plusieurs semaines (voir l’article), je dois avouer que le protocole de test est ici parfaitement rôdé, la seule différence entre deux athlète réside dans la détermination du seuil d’effort de départ afin que le test, avec sa succession de paliers, ne dure pas plus de 20′, soit 6 ou 7 paliers. En dehors de cela, tout est identique.

Avant de procéder aux mesures concrètes, chaque athlète est informé qu’il lui sera présenté avant la fin de chaque palier un document (en fait une échelle de Borg, ici de 6 à 20) lui permettant d’indiquer le degré d’effort perçu. Si pour Sarah, son premier palier d’effort a été défini à 100 watts, celui de Loïc sera lui défini à 190 watts. Ensuite, de 30 watts en 30 watts, par tranches de 3′, chacun ira au bout de lui-même.

La difficulté pour le physiologiste et l’athlète réside dans la gestion du dernier palier. Il s’agit d’un moment particulièrement critique. Alors que l’effort est extrême, l’athlète doit maintenir un effort stable et une coordination (gestuelle, rythme de pédalage) adéquate. Le challenge, c’est d’aller au terme des trois minutes, une période qui peut prendre des allures d’éternité. Ensuite, l’athlète va-t-il accepter un nouveau palier de 30 watts. Proche de la VO2 max, une inflexion de la courbe de consommation d’oxygène est systématiquement constatée puis celle-ci chute face au désordre respiratoire à ce degré d’effort. Un moment où le physiologiste est particulièrement attentif et où généralement l’athlète jette l’éponge, mettant du même coup un terme à l’exercice.

Indique-moi ta VO2 Max, je te dirai qui tu es !

Un tel exercice est bien évidemment représentatif de la capacité athlétique d’un sportif d’endurance (souvent appelée « cylindrée du moteur »). Mais au delà des seuls seuils maximum de performance, l’utilité d’un tel examen physiologique réside dans certains constats et recommandations. A cet égard, Philippe Marchand n’a pas été avare de bon conseils tant pour Sarah que pour Loïc. Améliorer l’utilisation des filières énergétiques, notamment en sollicitant davantage la consommation des graisses (lipides) au dépend de l’oxydation des glucides par des entrainements adéquats. But, une meilleure récupération et mieux profiter de la surcompensation liée aux entrainements. Un recommandation qui s’adressera aux deux mais plus particulièrement à Loïc.

La mesure par échanges gazeux (VCO2 et VO2) et le rapport qui en découle servent non seulement à ce premier constat, il sert également à déterminer le seuil anaérobie et notamment à quel pourcentage celui-ci se situe par rapport à la PMA. Un pourcentage qui est généralement égal ou supérieur à 85% pour des athlètes entrainés et qui peut lui aussi être amélioré pour une plus grande résistance aux efforts intenses grâce à des entraînements adaptés. A cela s’ajouteront encore d’autres valeurs, plus spécifiques ou plus personnelles, telles que mensurations corporelles, masse grasse, consommation calorique du métabolisme de base.

Avoir conscience de son potentiel, avoir connaissance de ses faiblesses et comment travailler pour les réduire. Tels sont les principaux enseignements avec lesquels Sarah et Loïc sont partis.

W.

 

Loïc Perizzolo – Frank Pasche, nouveaux Champions suisses de Madison

Ils ont pris leurs adversaires à la gorge d’entrée. En marquant le maximum de points lors des quatre premiers sprints, le couple Loïc Perizzolo – Frank Pasche avait marqué les esprits et posé leur emprise sur la course. Ils n’entendaient pas seulement jouer les premiers rôles mais viser tout simplement le titre.

On aurait pu s’attendre à une plus grande opposition des vainqueurs des 3 Jours d’Aigle, Théry Schir et Tristan Marguet, qui pour l’heure ne faisaient pas équipe ensemble. Les deux iront portant au charbon à partir de la mi-course pour tenter de prendre un tour et la tête du classement, mais ils buteront à chaque fois sur la vigilance des futurs vainqueurs mais aussi les autres équipes qui n’hésiteront pas à en profiter pour aller chercher des points.

A ce jeu, c’est la paire vaudoise Olivier Beer associé à Cyrille Thierry qui montera sur la seconde marche du podium sous les yeux d’Alfredo Maranesi venu encourager ses hommes. Avec trois hommes sur le podium, Frank Pasche est également membre du team tessinois, le président emblématique du VC Mendrisio-PL Valli arborait un large sourire. Un podium qui sera complété par Gaël Suter qui lui aussi faisait équipe avec un membre de son équipe, Jan-André Freuler.

Après un manque évident de réussite lors des 3 Jours d’Aigle, Loïc et Frank ont eu le mérite de démontrer qu’ils savaient rebondir. Ils l’ont fait de la plus belle manière. Maillots à croix blanche sur le dos et breloques d’or autour du cou, aucun des deux ne voulait bouder son plaisir une fois descendu du podium. Un moment rare qu’ils partageront, notamment avec Virginie, venue elle aussi soutenir Loïc.

Un grand merci à Michel Vaucher et à toute son équipe pour l’organisation de ce Championnat suisse qui, disputé en moins d’une heure pour les 50 km de la distance, devient le plus rapide de son histoire.

Classement complet sur www.velodromes.ch

Plus de photos dans le portfolio

 

Loïc et Virginie champions genevois 2014 sur piste

Les Genevois étaient en nombre au départ de ce Championnat romand 2014 disputé sur la piste du CMC à Aigle, une situation fort appréciée par Michel Vaucher et son équipe, responsables de l’organisation.

Etaient présents, Thomas Casas, Jonathan Ruga, Virginie Pointet, Marco Bisiaux, Carl Schutz, Maxime Holdener et Loïc Perizzolo.

Au programme, une formule unique avec un omnium disputé en 4 épreuves pour deux grandes catégories, les « débutants » regroupant les Cadets et Féminines et les « pistards », avec les Juniors et les Amateurs (y compris les Elites).

Si les règlements de ces championnats romands sont toujours et encore le truc qui fâche ou qui surprend, essentiellement par manque de clarté, au final, trois titres romands seront remis. Virginie Pointet étant seule à concourir, aucun titre ne sera remis aux Féminines.

Les Vaudois feront la passe de trois avec Robin Froidevaux, vainqueur chez les Cadets, Killian Fournier et Frank Pasche, remportent les titres Juniors et Amateurs.

Loïc, conquérant à souhait, terminera ex-aequo de points avec Frank Pasche, les deux ayant trusté les victoires dans les quatre épreuves et c’est au bénéfice d’un meilleur temps lors de la poursuite individuelle que Frank recevra son titre de champion romand. Les deux devanceront le troisième élite Gaël Suter. Invitée à se frotter avec les Cadets, Virginie subira leurs lois malgré des progrès évidents, comme constatés dans seule épreuve disputée individuellement, le 500m.

Les champions genevois sont Jonathan Ruga (Cadets), Virginie Pointet (Féminines), Marco Bisiaux (Juniors) et Loïc Perizzolo (Amateurs), soit deux titres pour les représentants de Bikeinlove Cycling Management et deux pour le VC Lancy.

Championnat suisse CLM à Roggliswil (LU)

Haut lieu du cyclisme helvétique, la région située aux confins des cantons de Berne, Argovie et Lucerne accueille cette année les Championnats suisses de cyclisme sur route. Dominée par le couvent de Saint-Urbain (un des plus beaux exemples de l’architecture baroque en Suisse), la région offre au premier regard toute la douceur de ses collines verdoyantes.

Tracé en pleine campagne lucernoise autour des villages de Pfaffnau et Roggliswil, le circuit de 22 km était à parcourir une fois à l’exception des Elites qui devront s’acquitter d’une seconde boucle. Ce sont les Juniors qui ont ouvert le bal suivi par les U23, les Féminines, les Elites et enfin les Amateurs et Masters. Suivront encore les deux catégories de para-cycling.

Read More

De belles promesses en vue du Championnat suisse sur route

Bikeinlove Cycling Management sera le club genevois le mieux représenté au prochain championnat suisse sur route. Disputée quelques jours avant l’épreuve en ligne, l’épreuve chronométrée reste toujours très attractive. Ouvert à toutes les catégories depuis les Juniors, le contre-la-montre est un must du cyclisme national. Le chrono individuel aura lieu mercredi prochain à Roggliswil (LU), une dizaine de représentants genevois seront au départ.

Chez les Elites Féminines, Virginie Pointet pourrait encore une fois nous étonner. Seconde lors dernier championnat romand, une place dans les douze premières (30 inscrites) serait absolument remarquable à ce niveau.

Stéphane Muller, José Morim et Patrick Liechti s’aligneront chez les Masters I et II respectivement. Champion suisse en titre (à Satigny) en Masters II, José a les moyens de s’imposer une seconde fois sur le circuit lucernois. Stéphane (Master I) et Patrick (Masters II), tous deux très expérimentés, iront chercher la meilleure performance possibles.

Chez les Hommes Elites (la fédération établit un classement pour les Elites nationaux et un second pour les Elites internationaux en enfin un troisième pour les U23 (catégorie comprenant de nombreux Elites). Dans cette dernière catégorie font partie la jeune et très prometteuse garde (Schir, Pasche et Bohli). Loïc sera en confrontation directe avec les plus confirmés : Thièry, Beer, Imhof, Marguet, Zahner et le genevois Nicolas Fischer.

Loïc revient sur ses dernières courses sur route

Loïc revient sur ses deux dernières participations en Suisse. A Estavayer-Le-lac où il a disputé le Championnat romand de CLM puis à Märwil (Radsportfest Märwil) en pays turgovien pour une épreuve en ligne avec ses coéquipiers du team Roth-Felt disputé sur un circuit de 10 km à parcourus 15 fois.

Troisième au Championnat romand, Loïc termine en finisseur à Märwil en anticipant le sprint du peloton. Lire la suite sur les actualités du blog de Loïc.

Plusieurs coureurs de Bikeinlove Cycling Management titrés au Championnat romand de CLM

Plusieurs titres ont été obtenus au Championnat romande de CLM par les coureurs de Bikeinlove Cycling Management. Carlos Coelho remporte le titre romand chez les Masters, Virginie Pointet, seconde chez les Féminines, remporte le titre de championne genevoise. Loïc Perizzolo termine troisième chez les Elites, battu finalement de 38″ par Nicolas Fischer, meilleur temps de la journée.

Disputé à Estavayer-le-Lac, l’épreuve organisée par le club local sert de cadre depuis plusieurs années au championnat romand de CLM. Dans cette lutte pour les titres romands, mais aussi genevois, les genevois étaient nombreux à se mettre en évidence. Côté Bikeinlove Cycling Management, pas moins de six coureurs étaient présents.

Chez les Féminines, Aurore Brahier (vainqueur sortante) et Virginie Pointet, championne romande il y a quelques semaines dans l’épreuve en ligne, faisait sa première apparition dans l’épreuve chronométrée. Aurore n’a pas réédité sa performance de l’an passé, elle termine à la 3place chez les Féminines romandes. Virginie a quant à elle réussi une superbe performance pour sa première vraie compétition chronométrée et termine à la seconde place chez les Féminines romandes. Le titre revient à la Neuchâteloise Christel Mattey.

Chez les Hommes Elites, Loïc Perizzolo retrouvait ce circuit après avoir été présent en 2010 chez les Amateurs sous les couleurs du Team Genève. Loïc se classe à la 3place des coureurs romands, à 38″ de Nicolas Fischer, vainqueur et meilleur temps de la journée. Lâchant trop de temps dans la seconde boucle, Loïc terminait ce chrono difficilement, déçu de ne pas avoir pas su gérer son effort.

Dans la catégorie Masters, trois spécialistes des épreuves chronométrées représentaient nos couleurs. Avec Patrick Liechti (régulièrement présent au Championnat romand), s’invitaient Carlos Coelho et José Morim, deux habitués des épreuves populaires qui désormais concourent comme licenciés avec pour but de briller dans les compétitions nationales. Carlos remportera son duel face à José, très efficace dans les chronos, mais également face au champion genevois de l’épreuve en ligne, Gregory Pittet. Carlos qui a tout donné durant les 2 boucles pouvait savourer ce premier titre de Champion romand qu’il s’était promis de remporter. José, en reprise, termine 3romand et Patrick à une très bonne 6place.

Photo (de gauche à droite) : Virginie Pointet, Jonathan Ruga, Damien Fortis, Elea Schneeberger, Appoline Schneeberger, Carlos Coelho, Olivier Huber, Damien Anderegg, Nicolas Fischer.

Pas de trêve pascale pour Virginie et Loïc

Virginie et Loïc étaient l’un et l’autre engagés avec leur équipe respective en ce Lundi de Pâques. Long déplacement pour Virginie qui participait  au Prix de la Ville du Mont Pujols (département de Lot-et-Garonne), 2e manche de la Coupe de France Dames. Pour Loïc, c’était la traditionnelle course sur le circuit de Schwarzhäusern en terre bernoise.

Lire les compte-rendus de Virginie et Loïc.