Témoignage de Stéphane Muller au virage d’une nouvelle saison

Voilà quelques mois que je n’avais plus pris le temps d’écrire un rapport de course. Entre ma vie professionnelle, la famille, la présidence du vélodrome, les cours J+S, et le Cadre cantonal genevois, je n’avais plus accroché de dossard au maillot depuis les championnats suisses.

Ce week-end avait lieu le premier match Suisse-France-Italie au Vélodrome de Genève, une série d’épreuves qui opposaient les trois équipes. Il y a encore quelques années on peinait à réunir des coureurs pour former une équipe de Suisse mais depuis, la tendance s’est inversée et c’est par un manque d’effectif et désistement que samedi soir, la veille du match, j’apprenais que je j’allais devoir renforcer les rangs de l’équipe transalpine.

On rassemble tout, on prépare son sac et on essaie d’aller dormir tôt. Mon épouse, alias mon ostéopathe préférée, me masse et surtout essaie de réparer un peu ma cheville fraichement foulée sur une plaque de glace le matin même.

Dimanche matin, départ pour le vélodrome. Arrivé sur place je constate avec soulagement que les équipiers manquants sont finalement là ! Suis content pour cette charmante équipe de coureurs qui ne rechignent jamais à courir et surtout à faire le déplacement. Alors, j’enfile ma « casquette » d’organisateur et m’empresse d’aller configurer le soft qui gère les transpondeurs et le chronométrage pour la compétition. Mais c’est sans compter sur les surprises de dernières minutes, on m’annonce qu’il manque un coureur dans l’équipe de France : « Stéphane serais-tu d’accord de courir avec nous ? Mais oui naturellement ! » On me passe une combi et je me dépêche de préparer mon vélo, changement de roues, de braquet le tout en 10 minutes.

Et hop me voilà dans la roue d’un derny pour un bref échauffement avant de partir pour la première épreuve, le tour lancé que je boucle en 10 »04, ce qui me place 8e. Suis pas mécontent, je pense qu’avec un plus gros braquet j’aurais pu faire mieux. Ensuite, les courses s’enchainent vite. D’abord une scratch, puis la poursuite par équipes. Un départ manqué pour cause d’ennui mécanique chez un coéquipier… puis des différences de niveau au sein de la formation ainsi que le fait de n’avoir jamais roulé ensemble viennent quelque peu compliquer la tâche, mais bref on prend le deuxième temps.

Le temps d’une pause, je perds la concentration sur la course et me rempli le ventre d’un excellent risotto proposé par le Triporteur Jaune de « A table » une idée finalement pas si bonne que ça. Voilà que sans rien comprendre je me retrouve sur le départ de la course aux points, pas échauffé et le repas dans la gorge. Cela ne pardonne pas… je me classe 10e et suis pas content de moi ! Il me reste une course, l’éliminatoire. Je dois me reconcentre, je m’échauffe correctement cette fois-ci et au final tout cela paye, je prends la 5e place juste derrière Loïc Perizzolo. A plus de 47 km/h de moyenne je me dis que j’ai fait mon job et je me dois d’être satisfait. Au final, « l’équipe de France » termine sur la seconde marche du podium derrière une équipe de Suisse difficilement battable.

La saison de piste au Vélodrome de Genève est quasi terminée et je suis ravi de voir les sourires sur les visages des participants, des encadrants et des quelques spectateurs qui commencent à refaire leur apparition dans les gradins.

Maintenant c’est la dernière ligne droite pour moi avant les examens d’expert J+S au mois de mars, je serais encore absent en février pour un avant dernier cours J+S, le temps de prendre une respiration avant le début de saison qui s’annonce riche en expériences et émotions.

J’ai le plaisir cette année d’entrainer les deux nouvelles recrues de Bikeinlove, Florian Burnier et Jonathan Ruga. Tous deux sont jeunes et talentueux. Cela représente un nouveau challenge personnel et je ferai de mon mieux pour leur apporter le maximum et répondre à leurs attentes et qu’ils puissent évoluer au meilleur niveau.

Je terminerai en félicitant mon club et surtout William Fracheboud pour tout l’énergie investie pour le cyclisme genevois, la promotion de valeurs saines ainsi que son aide consentie aux jeunes !

Bonne route à tous pour 2015 !

Stéphane Muller

Photo : Stéphane lors de la cérémonie protocolaire en compagnie de ses coéquipiers français.